INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Infections sexuellement transmissibles – IST

Le sexe est un vrai plaisir, mais pas les IST. Les IST, ou infections sexuellement transmissibles, passent d’une personne à l’autre par le contact sexuel, et elles font partie des choses à éviter à tout prix. Le premier pas est d’apprendre à se protéger. Les IST sont bien plus désagréables et plus répandues que vous pouvez le penser. Nous vous recommandons donc la lecture de ce chapitre. Puis souvenez-vous de ce que vous y apprendrez et mettez-le en pratique.

    LES IST EN UN COUP D’OEIL

    • Chaque année, de par le monde on enregistre environ 340 millions de nouveaux cas d’infection par des IST guérissables (syphilis, gonorrhée, chlamydia etc.).
    • Non soignées, les IST peuvent sérieusement compromettre votre santé
    • Des millions d’infections virales incurables de type IST, y compris 2,3 millions d’infections par le VIH sont enregistrées chaque année

    Les infections  transmissibles sexuellement et par des produits de laboratoire (IST)

    QU’EST-CE QUE C’EST ?

    Il y a une grande variété d’IST, certaines guérissables, d’autres non, certaines se manifestant par des symptômes très désagréables, d’autres n’en manifestant aucun. Ce que l’on peut dire à propos de tous les types d’IST cependant, est que vous n’avez aucune envie d’en avoir une, jamais. Protégez-vous toujours contre les infections lors de rapports sexuels et n’hésitez jamais à vous rendre immédiatement chez votre médecin ou prestataire de soins de santé qualifié si vous détectez le moindre symptôme ou si vous pensez avoir été exposé à un risque de transmission. Il vaut toujours mieux d’être prudent(e) que de nourrir – de très grands – regrets.

    Diagnostic des infections sexuellement transmissibles - IST

    DIAGNOSTIQUER LES IST

    • Certaines IST ne produisent pas de symptômes, c’est pourquoi vous devez toujours vous faire examiner si vous pensez avoir été exposé à un risque.
    • Sérieusement, ne cherchez pas d’excuses. Si vous avez eu un rapport non protégé, faites un examen.

    ETES-VOUS PORTEUR(EUSE) D’UNE IST ?

    Si vous avez des rapports sexuels non protégés, vous devriez vraiment faire un examen médical de détection des IST. Certaines IST n’ont pas de symptômes facilement reconnaissables et vous pourriez être en train de vous promener en pensant que tout va bien, alors que des choses néfastes se passent dans votre corps. Et ces choses indésirables sont bien là en train de vous guetter au cas où vous auriez des rapports sexuels non protégés, prêts à se servir de vous pour continuer à se propager. Faites un examen et abstenez-vous de rapports sexuels jusqu’à ce que vous receviez le feu vert. Dites-vous que vous seriez très content(e) si quelqu’un d’autre avait été aussi prévenant envers vous !

    LA PROTECTION EN UN CLIN D’OEIL

    • Il n’y a qu’un seul moyen de contraception qui puisse vous protéger contre le risque d’infection par le VIH (Sida) ou une infection sexuellement transmissible (IST) : les préservatifs
    • La meilleure façon de ne pas courir de risque est de rester honnête. Parlez ouvertement avec votre partenaire et ne vous laissez jamais forcer à faire quelque chose qui vous met mal à l’aise
    • Si vous êtes sexuellement active/actif, il est essentiel de faire des check up réguliers

    Préservatifs et protection

    FAITES-LE CORRECTEMENT

    Qu’est-ce que le sexe sans risques ?

    Avoir un comportement sexuel sans risques, c’est donner et recevoir du plaisir sexuel sans faire courir le risque d’une IST à votre partenaire. La clé de l’affaire, c’est l’honnêteté l’un envers l’autre.

    Comment le faire ?

    Il est important de se souvenir que ce n’est pas parce que vous vous protégez contre une grossesse non désirée que vous soyez automatiquement protégés contre les IST – sauf si vous utilisez des préservatifs. Les préservatifs sont l’unique protection efficace et vous devez les utiliser en même temps que d’autres moyens de contraception pour prévenir tout risque d’infection.

    Ne joue pas avec moi ???????

    • Est-ce que je peux utiliser un SIU si je n’ai pas encore eu d’enfant ?

      Bien sûr que oui. Si vous essayez de tomber enceinte, vous ne devriez pas utiliser de système intra utérin (SIU). Si ce n’est pas le cas, il s’agit d’une forme de contraception adaptée à tout le monde.

    • Est-ce que la pilule va me faire prendre du poids ?

      A long terme, prendre la pilule n’a pas d’effet notable sur le poids corporel. Certaines femmes subissent de petites variations de poids après avoir commencé à prendre la pilule, mais ceci n’est pas confirmé par les études cliniques qui étudient les effets de la pilule à long terme sur le poids corporel. Pour en savoir davantage, interrogez votre prestataire de soins de santé sur les options qui s’offrent à vous.

    • Est-ce que j’ai besoin de contraception si j’allaite ?

      Si votre cycle n’a pas repris, le fait d’allaiter peut prévenir une grossesse pendant un temps, jusqu’à six mois si le bébé est allaité jour et nuit de manière exclusive et continue. Cependant, cela ne peut prévenir une grossesse, et dès qu’un de ces critères n’est pas rempli, vous pouvez à nouveau tomber enceinte.

    • Prendre la pilule pendant une période prolongée affectera-t-il ma fertilité ?

      En réalité vous pouvez tomber enceinte dès que vous arrêtez la pilule. Donc, non, prendre la pilule pendant longtemps n’affectera pas votre fertilité.

    • Est-ce que je peux tomber enceinte en ayant mes règles ?

      Les experts répondent oui, vous pouvez tomber enceinte pendant vos menstrues. Le fait que le cycle comporte plusieurs étapes et que le sperme peut survivre jusqu’à six jours dans l’utérus de la femme indique que vous devez toujours vous protéger si vous ne désirez pas de grossesse.

    • Le SIU peut-il bouger une fois en place et ainsi poser des problèmes ?

      Le système intra utérin (SIU) est une méthode efficace qui peut être mise en place par un prestataire de soins de santé qualifié, et alors il peut rester en place jusqu’à 3 ou même 5 ans. Le risque d’une perforation de l’utérus est rare (soit <1/1000).

    • Est-ce que je peux tomber enceinte sans avoir un orgasme ?

      Le plaisir que procure l’acte sexuel n’a aucun rapport avec l’aspect scientifique de la sexeualité. Si vous avez des rapports sexuels sans contraception, vous pouvez tomber enceinte, que l’acte vous procure du plaisir ou non.

    • Est-ce que les contraceptifs hormonaux peuvent me rendre stérile ?

      La contraception hormonale n’est pas une cause d’infécondité. Votre corps peut demander un peu de temps avant de retrouver un état qui vous permet de tomber enceinte. Mais cela est purement temporaire. La fécondité d’une femme en bonne santé retrouve son niveau antérieur peu importe pendant combien de temps vous avez eu recours à la contraception hormonale.

    • Est-ce que je peux réutiliser un préservatif ?

      Non, un préservatif n’est pas une tasse de café que vous pouver rincer et réutiliser. Ne vous fiez pas à l’aspect, les préservatifs sont faits de matériau très mince, qui se détériore à l’emploi et ils peuvent se déchirer si vous les utilisez plus d’une fois. Aussi faut-il savoir que le spermicide qui se trouve sur la face intérieure, et qui aide à neutraliser le sperme, sera parti. Utilisez donc un nouveau préservatif à chaque rapport sexuel.

    • La contraception d’urgence est-elle efficace à 100% ?

      Aucun contraceptif n’est efficace à 100%. Il est le plus efficace quand il est pris aussi tôt que possible après le rapport non protégé, idéalement dans les 12 heures suivant l’acte sexuel. S’il est pris 24 heures après le rapport, son efficacité diminue déjà. Si vous vous êtes bien préparés au rapport sexuel, il devient peu probable que vous ayez besoin d’avoir recours à un contraceptive d’urgence.

    • Est-ce que je dois laisser mon corps se reposer après la prise continue d’un contraceptif oral ?

      D’un point de vue medical, il n’y a absolument aucune raison de faire une pause si vous n’avez pas de problème d’intolérance à la pilule. La seule raison d’interrompre sa prise est votre désir de grossesse. Cela mis à part, vous pouvez rester fidèle à la méthode de contraception choisie aussi longtemps que vous voulez.

    QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES

    Les préservatifs sont-ils l’unique protection efficace contre les infections sexuellement transmissibles ?

    Oui. Il a été prouvé que les préservatifs offrent une protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST). En fait, il s’agit de l’unique méthode contraceptive qui protège également contre les IST. Les préservatifs offrent divers niveaux de réduction des risques selon les IST, car les infections sont transmises de diverses manières – certaines d’entre elles par les fluides corporels tandis que d’autres le sont par simple contact de la peau entre deux personnes.

    De manière générale, la recherche a démontré que les préservatifs sont le plus efficace dans la protection des IST qui se transmettent par les fluides corporels, telles que chlamydia, gonorrhée et VIH. Les préservatifs peuvent également réduire le risque de transmission d’infections par simple contact de la peau, telles que l’herpès et le virus du papillome humain (VPH). Cependant, le préservatif n’offrira de protection que dans la mesure où la zone d’ulcération est couverte par le préservatif.

    Qui court le plus grand risque d’une IST, l’homme ou la femme ?

    Exposées aux IST, les femmes sont plus susceptibles d’être infectées que les hommes. Ceci a des raisons biologiques. Les femmes présentent une plus grande surface d’exposition (le col de l’utérus et le vagin) que les hommes, et des microfissures du tissu vaginal pouvant se produire pendant l’acte sexuel, celles-ci présentent une voie facile pour la transmission d’une infection.

    Peut-on être infecté par le VIH quand on se serre dans les bras, qu’on se donne la main ou par une piqure de moustique ?

    Le VIH ne se transmet pas par les contacts de tous les jours, y compris par un baiser bouche fermée, les embrassades, les poignées de main et le partage de la nourriture, de vêtements ou d’un siège de toilette. Le virus ne survit pas longtemps à l’extérieur du corps. Et les moustiques non plus ne peuvent le transmettre.

    Est-ce que quelqu’un affecté d’une IST, y compris le VIH, peut-il guérir grâce à un rapport sexuel avec une personne vierge ?

    Absolument pas. Au contraire, cette pratique ne fait qu’augmenter le risque d’infection pour la personne qui n’a encore jamais eu de rapport sexuel.

    Le fait de laver le pénis ou le vagin après le rapport sexuel diminuera-t-il le risque d’une IST ?

    L’hygiène génitale est importante et c’est une bonne habitude. Cependant, il n’existe aucune indication que le lavage des organes génitaux soient apte à protéger contre les IST. En réalité, la douche vaginale augmente le risque pour la femme de s’infecter d’une IST, y compris le VIH et la maladie inflammatoire pelvienne.

    La grossesse crée-t-elle un risque plus grand d’infection par le VIH ?

    Les preuves dont nous disposons ne disent pas clairement si la grossesse augmente le risque d’infection par le VIH couru par la femme. Cependant, si elle est infectée par le VIH au cours de sa grossesse, les risques d’une transmission du virus au bébé pendant la grossesse ou l’accouchement seront élevés car son sang contiendra une charge virale importante. C’est pourquoi il est important pour les femmes enceintes de se protéger contre le VIH et les autres IST par l’utilisation de préservatifs. Si une femme enceinte soupçonne qu’elle pourrait être infectée, elle doit faire un examen VIH. Il existe des moyens spécifiques pour la protéger contre la transmission du virus pendant la grossesse et l’accouchement.

    APPRENDRE D’EN PARLER AVEC :

    Votre prestataire de soins de santé

    Votre prestataire de soins de santé

    Votre prestataire de soins de santé connaît le sujet mieux que quiconque. Obtenez les réponses dont vous avez besoin

    Vos parents

    Vos parents

    Ils vous connaissent mieux que quiconque, et ils sont passés par là

    Votre partenaire

    Votre partenaire

    Vous vivez cette histoire ensemble, et pas seulement dans la chambre à coucher, soyez honnêtes